Graphisme : Julie Piednoir

« De n’avoir jusqu’ici rien fait

détruit

bâti

osé

à la manière

du Juif

du Jaune

Pour l’évasion organisée

en masse de l’infériorité

C’est en vain que je cherche

le creux d’une épaule

où cacher mon visage

ma honte

de la réalité »

Réalité  dans Pigments-Névralgies, éd. Présence Africaine

Léon-Gontran Damas

Je vous écris du pays de Maran et de Damas.  Au pied des ruines du fort Cépérou, entre océan et Amazonie. De là où naissait il y a à peine un an la toute première maison de Poésie outremarine : Kaz Kozé Powézi Guyane. À peine un an, et voilà qu’elle a déjà inventé les PAM (Poésies Aux Mercredis), les DPK (Dimanche Kozé Powézi) et s’attelle aujourd’hui à la création d’épisodes radiophoniques autour des grandes figures de la Négritude.

Deux mois auparavant, de l’autre côté de l’Atlantique, l’initiative de la Maison de Poésie de Montpellier (proposer, à l’occasion de la rentrée littéraire, une rentrée spécifiquement poétique) faisait de nombreux émules, transformant cette idée originale en un véritable évènement francophone.

Indubitablement la poésie grandit, grandit, grandit. Et nous ne sommes pas peu fiers de participer à son développement durable. Notre mois de décembre en est le témoin. Alors, à l’approche de l’hiver, ne manquez pas toutes ces occasions de vous réchauffer au feu jamais éteint de la poésie.

Patrick Verschueren